scroll-to

Résidences

C’EST (UN PEU) COMPLIQUÉ D’ÊTRE L’ORIGINE DU MONDE

THÉATRE DU ROND-POINT
8 SEPTEMBRE – 2 OCTOBRE 2016
Création collective : Les Filles de Simone, Claire Fretel,Tiphaine Gentilleau,Chloé Olivères avec :Tiphaine Gentilleau,Chloé Olivères
Suis-je si égoïste ? Une sorcière ? Une déjà mauvaise mère ?
Chloé et Tiphaine se débattent dans le tourbillon de la maternité. Dans un monde phallocentré, en une succession de tableaux crus et hilarants, elles traversent les affres d’un changement de vie définitif : devenir mère, cette catastrophe.
Production : compagnie Les Filles de Simone, coproduction Créat’Yve, avec le soutien de La Loge, Le Prisme — Centre de développement artistique / Saint-Quentin-en-Yvelines, la compagnie du Rouhault,La Cuisine — Soy Création, Les Deux Îles — résidence d’artistes / Montbazon et le Théâtre du Rond-Point, texte publié aux éditions Actes Sud-Papiers

http://www.theatredurondpoint.fr/

UNE FILLE SANS PERSONNE

MAISON DES METALLOS
AVRIL 2016
distribution Marie Payen, Jana Klein
création sonore Mehdi Ahoudig
texte et conception Carine Lacroix (éditions l’Avant-Scène)
collaboration artistique Camille Morin, Ariane Boumendil
Jusqu’à quel point les mots peuvent-ils combler la solitude et atténuer la peine ? Iris rêve de s’échapper, comme toutes les détenues autour d’elle, échapper au bruit, aux humiliations, à l’isolement. Elle y parvient grâce à Camille qui anime un atelier d’écriture et qui lui propose de lui envoyer des lettres autant qu’elle le souhaite.

http://www.maisondesmetallos.org

MARIE-ANTOINETTE(S)

THEATRE MONTANSIER VERSAILLES
AVRIL 2016
De et mise en scène Pauline Susini
Distribution : Kristina Chaumont, Baptiste Raillard, Célia Rosich , et Sarah Amrous
« Nous ne croyons plus, comme la génération précédente, que pour qu’on s’intéresse à un personnage historique il soit nécessaire de l’idéaliser à tout prix, d’en faire un héros sentimental ou autre, d’estomper des traits essentiels de son caractère et d’en exalter d’autres jusqu’au tragique. La loi suprême de toute psychologie créatrice n’est pas de diviser, mais de rendre humainement compréhensible ; la tâche qui lui incombe n’est pas d’excuser avec des arguties, mais d’expliquer. » Stefan Zweig

C’est à travers la subjectivité et l’intériorité de Marie-Antoinette que Pauline Susini s’intéresse à sa vie, à son histoire. Elle ne s’attache pas à seulement retranscrire une pure réalité historique mais aussi à fantasmer sa vie, ses peurs, ses pensées, son regard sur le monde et sur elle-même. Le procès comme point de départ qui permet de traverser la vie de Marie-Antoinette en effectuant des plongées dans ses souvenirs et ses pensées. Trois comédiennes incarnent alternativement le rôle de la Reine pour tenter de comprendre le cheminement de cet être complexe.

http://vingtiemesrugissants.com